Return to site

COMMENT CRÉER UN CV GAGNANT EN ANGLAIS?

Comment présenter votre expérience positivement et efficacement ?

Un CV a un but et un but seulement: vous obtenir un interview avec une personne qui peut vous donner un emploi.

Que doit contenir votre CV ?

Note: A good CV gets you on the short list (un bon CV vous permet d’être sur la liste de ceux que l’on retient). Cet encouragement des spécialistes anglais du recrutement de la London Central CareersUnit se double d’un conseil plus surprenant pour atteindre ce
but : You need to sell yourself (vous devez vous « vendre »).

La présentation du CV

Le CV anglais, d’une longueur d’une (01) à deux (02) pages maximum, doit bien évidemment être dactylographié à l’aide d’une machine à écrire ou d’un ordinateur. Il n’est pas nécessaire de le signer, ni de l’illustrer par une photographie.
 

Du point de vue de la forme, le CV doit être agréable à lire. Les rubriques devront être présentées de façon « aérée » (éviter les blocs de texte aussi indigestes qu’inefficaces).
 

En jouant sur les espaces blancs et en utilisant les caractères gras, vous pourrez mettre en valeur les éléments que vous souhaitez porter à l’attention du recruteur anglais. Il se fera ainsi plus facilement une opinion sur la valeur pour son entreprise de votre
parcours.

Selon l’expression anglaise (to target at the employer’s needs), le candidat aura tout intérêt à cibler au mieux sa demande en fonction des besoins – supposés – de l’employeur.

Dernier point, utile à rappeler, la qualité de votre anglais doit être irréprochable. Les recruteurs anglais sont des plus sourcilleux sur ce point. Plus encore que leurs homologues du continent, ils pardonnent très difficilement les fautes d’orthographe ou de grammaire. Et ce, même si le candidat est étranger.

Le contenu du CV

Points communs avec les États-Unis, la concision et l’effi cacité du style sont appréciées en Grande-Bretagne.
 

Conséquence : allégez vos phrases en supprimant les I was... qui deviennent, à force, vite répétitifs et utilisez les verbes d’action conjugués au prétérit. Cependant, rappelons-le, le postulant devra faire preuve de pondération dans la présentation des compétences
qu’il a acquises tout au long de son parcours.

L’ordre des rubriques est donc le suivant : l’état civil, l’objectif professionnel, la formation initiale, la formation continue, l’expérience professionnelle, les langues, les activités diverses et les références. Des rubriques développées de façon anti-chronologique.

À l’énoncé de cette liste, on constate peu de différences avec le CV français, à l’exception de la rubrique « références » : elle est indispensable.

Source: Le CV, la lettre et l’entretien de Charles-Henri DUMON & Jean-Paul VERMÈS

1. État civil (personal details)

Doivent figurer dans cette rubrique, le prénom et le nom, l’adresse, le ou les numéros de téléphone (domicile et travail), la date de naissance, la nationalité, la situation de famille (single or married).

2. L’objectif professionnel (professional objective)

Pour valoriser cet élément clé de votre CV vous pouvez placer l’objectif professionnel au milieu de la page dans un encadré situé juste après les informations de l’état civil et avant les précisions quant à l’éducation. Remarque, les Américains intitulent cette rubrique career planning; les Anglais, plus modestes, préfèrent parler de professional objective. L’entreprise anglaise a en effet son mot à dire dans l’orientation de carrière de ses salariés.

 

Dans cet encadré, vous pouvez présenter votre projet professionnel et indiquer quel poste ou type de responsabilités vous aimeriez vous voir confier.

3. La formation initiale (education)

Précision : la formation initiale (les études) se traduit en anglais par education et les stages de formation continue par training.

Comme en France, présentez seulement les diplômes que vous avez obtenus à partir du baccalauréat.

Les recruteurs anglais attendent par ailleurs un minimum d’informations quant aux études suivies (matières étudiées, résultats obtenus). Ceci est tout particulièrement vrai pour les jeunes diplômés.

4. La formation continue (training)

Précisez les formations suivies dans le cadre de votre activité professionnelle. Ne relevez que celles qui sont d’une longueur suffisante et d’un intérêt en rapport à votre projet professionnel.

5. L’expérience professionnelle (work experience)

Ici, prenez soin de différencier les périodes passées en entreprise dans un but essentiellement formateur – les stages – et celles qui relèvent de votre cursus professionnel. Le candidat devra donc préciser le nom des entreprises dans lesquelles il a exécuté ses stages (training period), la durée de ces stages et, de façon sommaire, les responsabilités assumées.

Présentez ensuite les étapes de votre cursus en commençant par votre dernier poste. Pour chaque période, indiquez : le nom de l’entreprise (développez la signifi cation complète du nom de la société, résumez ses activités et ses performances économiques), la fonction et les principales tâches exercées, les compétences exigées pour cet emploi et les réalisations menées à bien.

 Attention : Les recruteurs anglais ont horreur du vide. Plus précisément, ils ne veulent pas rester dans l’expectative face aux périodes du cursus professionnel, gommées ou non justifiées.

Comme tout recruteur, l’employeur anglais suppose dans ce cas de figure que le candidat essaie de lui cacher un épisode (chômage, licenciement). Il est donc préférable, avec les recruteurs britanniques, de jouer cartes sur table et d’indiquer la durée et la cause de changement de situation.

6. Les langues étrangères (foreign languages)

Si les recruteurs français affi chent une attention toute particulière à la véracité de la connaissance des langues étrangères, avancée parfois de façon approximative par certains candidats, que dire des recruteurs anglais ? Ils ne se contenteront pas de jauger votre connaissance de l’anglais à l’aune de l’acte de candidature, ils chercheront à se faire une idée plus exacte de votre niveau d’anglais.

Pour les y aider, vous avez tout intérêt à fournir toutes les indications pouvant attester de votre connaissance de la langue (long séjour linguistique dans un pays anglophone, certificats ou diplômes avec obtenus Bora Teacher par exemple , mère ou père anglophone...).

7. Divers (miscellaneous)

Dans cette rubrique, vous pouvez parler de vos aptitudes et de vos connaissances particulières ainsi que de vos passions.

Vos aptitudes en matière informatique (computing skills) ont tout à fait leur place dans cette rubrique. Indiquez les logiciels que vous maîtrisez.

Hobbies, le mot a franchi la Manche. Les recruteurs anglais comme leurs collègues français aiment bien jeter un œil sur cette rubrique pour avoir une idée des centres d’intérêt et des passions du candidat. Ils tentent de se faire, ainsi, une idée du mode de vie de l’intéressé.

Ces éléments fournissent au recruteur des indications complémentaires sur le profi l du candidat (exemples: sport collectif ou individuel, participation à des clubs ou associations...).

Les références (references)

Cette mention peut surprendre le candidat français. Comme dans d’autres pays (États-Unis, Allemagne) il est demandé au postulant à un emploi dans une entreprise anglaise de donner au recruteur la possibilité de vérifier en quelque sorte « vos états de service ».

 

 

En Angleterre, les références sont en revanche exigées. Il est recommandé de donner aux moins deux références : l’un de vos professeurs par exemple et l’un de vos précédents employeurs. Indiquez leur titre ou fonction et leur numéro de téléphone.
Prévenez-les d’un éventuel appel téléphonique du recruteur.

 

Vous pouvez aussi, si vous ne désirez pas faire état directement des coordonnées de ces personnes, indiquer la mention «References available upon request» (Références disponibles sur demande).
 

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK